Nikon

À la demande du gouvernement japonais soucieux de la supériorité démontrée par l’armée allemande pendant la Grande Guerre dans le domaine de l’optique (lentilles pour télémètres, jumelles), Nikon est fondée le 25 juillet 1917 par la fusion de trois fabricants d’optique leaders sur le marché, Tokyo Keiki Seisaku Sho, Iwaki Glass Manufacturing et Fujii Lens Seizo Sho afin de fabriquer des lentilles de qualité, notamment pour des microscopes1. La compagnie se nomme initialement Nippon Kōgaku Kōgyō (日本光學工業株式會社?), en français « optique japonaise S.A. »). Elle est rebaptisée Nikon Corporation (株式会社ニコン?) en 1988, en reprenant le nom de ses appareils photo. Le nom Nikon, qui date de 1946, est une fusion de Nippon Kōgaku (日本光学?, « optique japonaise ») et de la marque Ikon de Zeiss. Cela causa certains problèmes en Allemagne, car Zeiss se plaignit que Nikon empruntait sa marque déposée. Ainsi, de 1963 à 1968 le Nikon F porta le nom « Nikkor » et non plus Nikon. Le fondateur de Nikon est Yataro Iwasaki, patron du groupe Mitsubishi, auquel Nikon reste aujourd’hui lié2.

Nikon se consacre d’abord à la fabrication de matériel militaire (jumelles, viseurs) et prend son essor en 1930 ; le traité de Washington de 1922 ayant limité la taille de la flotte de guerre du Japon, le Ministère de la marine décide un programme scientifique intensif pour doter chaque unité navale du summum en technologie optique (périscope, télémètre), et compenser ainsi l’avance prise par les Britanniques et les Américains en électronique. En 1935, Seiki Kogaku (qui deviendra Canon) demande à Nippon Kogaku de lui livrer des objectifs pour son appareil à télémètre, ceci durera jusqu’en 1947. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Nikon passe d’une à 19 usines de fabrication tournant à plein régime, employant près de 23 000 personnes3.

Nikon se lance aussi en 1930 dans l’industrie photographique, mais cette activité reste marginale jusqu’en 1945, date à laquelle Nikon doit trouver des débouchés civils. Elle réorganise alors ses usines, sous le contrôle de l’armée américaine, pour fabriquer des verres de lunettes, en 1946, puis le premier appareil photo de marque Nikon, le 35 mm télémétrique avec objectif interchangeable qui sort en 19484.

Ce sont les reporters internationaux basés à Tokyo durant la guerre de Corée qui bâtissent la légende de la marque Nikon (notamment David Douglas Duncan équipé d’un Nikon avec un objectif au piqué supérieur et dont les photos font régulièrement la une du magazine Life), la miniaturisation des boîtiers associée à l’émergence des pellicules à hautes sensibilité ayant rendu possible l’instantanéité de la prise de photo de guerre5.

Nikon est un partenaire historique de la NASA (le seul avec Hasselblad), connu pour sa collaboration au programme lunaire Apollo et ses images en accéléré prises depuis la Station spatiale internationale6.

Le premier avril 2003, Nikon adopte un nouveau logo : un carré jaune (symbole d’une photo avec les rayons de lumière concentrés dans la focale de l’appareil photo) encadre le nom Nikon dont les lettres inclinées en typographie industrielle marquent le mouvement et symbolisent l’innovation de la marque7.

Janvier 2006 marque une date dans l’histoire de Nikon et de la photographie ; la société Nikon annonce l’arrêt de la commercialisation de ses appareils photos argentiques, à l’exception de deux modèles, pour se consacrer désormais quasi-exclusivement au numérique.

En mars 2011, l’entreprise Nikon est sensiblement touchée par les conséquences du tsunami qui frappa le Japon : le site Nikon de Sendai, lieu de production des boîtiers haut de gamme de la marque (D3x, D3s, D700), ne subit certes pas de dégâts, mais est fortement pénalisé par les coupures d’électricité et les ruptures d’approvisionnement de ses sous-traitants8.

En février 2015, Nikon acquiert l’entreprise britannique Optos, spécialisée dans l’optique médicale, pour 400 millions de dollars9.

À l’heure actuelle, les produits Nikon couvrent toute la gamme des technologies optiques, du microscope au télescope. Le principal produit du groupe est le IC stepper, machine de très haute précision utilisée pour la fabrication des microprocesseurs. Puis viennent les appareils et objectifs photographiques, avec la gamme d’optiques Nikkor, les reflex argentiques de la gamme F, les reflex numériques de la gamme D (pour Digital) et les compacts de la gamme Coolpix. La troisième activité est l’optique avec les verres, montures, et les appareil de diagnostic (réfracteur Remote Vision, auto-réfractomètre Speedy-K…).